Visionnages # Grave Encounters, Chroniques de Tchernobyl, Martyrs

Oyé ! Oyé ! Alors je ne sais pas vous, mais moi j’ai envie de partager mes élucubrations cinématographiques. Même si mes goûts en matière de cinéma ne sont un secret pour personne, du moins mes films de prédilection, j’affectionne un genre tout particuliers : l’épouvante-horreur !

Bien entendu, quand je dis que j’affectionne, je ne dis pas du tout que je suis un connaisseur en la matière, que l’on soit clair. Cependant, c’est vrai que j’adore me faire peur ou du moins essayer. Je ne peux pas citer énormément de films qui m’ont vraiment mis dans un état de stress post-visionnage (Poltergeist 1 et Insidious) mais je fouine, j’essaye… et je suis plutôt un bon public. J’écume pas mal de films, en général un par soir, et je ne suis pas vraiment regardant sur la provenance, ni sur la notoriété de l’œuvre en question. Je dirais même que plus un film est du genre inconnu au bataillon, plus je vais être intrigué. Là, pour l’occasion, je vais vous présenter (brièvement et sans spoilers au possible) 3 films récemment visionnés (certains 2 fois même) et attribuer quelques notes histoire de situer l’intérêt (à mes yeux) de ces derniers.

Celui-ci, j’essaye de me souvenir comment je l’ai déniché… Il me semble que je fouinais sur le net pour trouver des infos sur un film (Dard Divorce il me semble) et, dans les articles ou commentaires liés, une personne faisait référence à ce film. Ni une, ni deux, je commence à lire quelques articles, chercher des infos en tout genre, matter la bande-annonce,… Au premier impact, ça a de la gueule ! En tout cas le trailer met bien l’eau à la bouche c’est le moins que l’on puisse dire.

Le film se base un peu sur un trip «Projet Blair Witch» où les personnages vont passer leur temps à nous livrer l’action au travers de leur documentaire fictif. Alors oui, ce genre là parait toujours un peu tiré par les cheveux. On se dit qu’à leur place, on aurait déjà balancé les caméras aux chiottes et on se soucierait plutôt de survivre… Mais je trouve que l’astuce ici parait un peu plus logique que dans d’autres films présentant la même idée.

Etant donné que nos joyeux lurons évoluent dans le noir total, ils s’éclairent à l’aide de leurs caméras (quand celles-ci disposent de lampes) ou bien regardent à travers l’objectif quand les caméras sont équipées d’un système de vision nocturne. Finalement, ça se tient pas trop mal.

L’idée principale, c’est de mettre en avant une équipe de «journalistes» du paranormal qui font la chasse aux phénomènes inexpliqués (fantômes, bruits étranges,…) en se basant sur des témoignages en tout genre. Ils ont déjà tourné 5 épisodes de Grave Encounters (qui est une émission à la base) et s’en vont tourner le 6° épisode dans l’hôpital psychiatrique abandonné de Collingwood. Au départ, il apparait clairement que ce sont plus des arnaqueurs qu’autre chose. Ils n’hésitent pas à payer des personnes pour qu’elles inventent des histoires au sujet de cet hôpital, tout cela pour faire de l’audience. Mais, pour ce sixième épisode, ils vont en avoir pour leur argent…

Le concept n’est pas original mais il fonctionne bien et les acteurs arrivent à rester un tant soit peu crédible même si, à leur place, je n’aurais jamais eu le cran d’aller aussi loin ! Les effets spéciaux ne sont pas révolutionnaire mais le budget faisant (500.000$), je trouve que le film s’en sort haut la main et ne tombe pas dans le ridicule, ni la surenchère… L’ambiance est bien retranscrite même si le tout prend son envol dans la deuxième moitié du film (la première moitié servant essentiellement à poser le contexte et à présenter un petit peu l’équipe présente sur place).

Alors bien sûr, qui dit film d’épouvante-horreur, dit : à regarder seul dans le noir ! L’intérêt premier est là et l’effet ne sera que décuplé. Si vous êtes du genre à flipper facilement, je vous conseille de le visionner avec quelqu’un car sinon, vous allez avoir du mal à dormir…

Notez que le film n’existe pas en version française et qu’il vous faudra le trouver en VOSTF (ou VO) pour pouvoir en profiter. Il existe d’ores et déjà un «2» qui, lui, dispose d’une VF… mais je ne l’ai pas encore regardé.

Poursuivons avec le second film de la liste : Chroniques de Tchernobyl. Je pense que le pitch n’échappe à personne étant donné la présence du nom de Tchernobyl dans le titre. Ajoutez à cela que je vous présente trois films d’horreur et vous aurez déjà imaginé les grosses lignes de ce dernier. Ce qui va justifier les événements du film réside dans la mise à l’écran de ce qu’on appelle de nos jours le «tourisme noir» ou encore «tourisme morbide».

C’est comme visiter le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau en Pologne ou encore Ground Zero (vestiges du 11 Septembre). Ici, c’est un groupe de 3 jeunes (Chris, Nathalie, Amanda) qui rendent visite au frère de Chris (Paul) qui vit en Russie. Ce dernier, pour leur faire savourer leur voyage, leur propose une excursion dans la vile de Pripyat (Ukraine) qui est aux abords de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Évidemment, pensant qu’ils seraient seuls, ils se rendent vite compte que les choses tournent de plus en mal au fur et à mesure qu’ils passent du temps dans cette ville fantôme. Pour ma part, je trouve l’idée plutôt intéressante et favorisant facilement tous les fantasmes. Les décors de la ville abandonnée sont assez bien foutus et le contexte dans lequel ils s’inscrivent s’imbrique parfaitement avec le malaise naissant tout au long du film.

On n’aura pas droit aux créatures de l’Enfer dès le début, tout cela s’installera tout au long de l’intrigue et je trouve justement que c’est une bonne idée. Parfois, cela me faisait penser à un véritable Resident Evil (le jeu) tellement on était dans ce côté «sauve ta peau et cherche pas à comprendre pourquoi !». Bien entendu, on est quand même dans le cinéma ‘ricain élémentaire avec les bases du film d’horreur. On nous épargnera tout de même le sexe malgré la présence de 2 bimbos. Pour le coup, elles ont amené leur cerveau, nous éloignant un peu du cliché de la gourde qui se fait démembrer dès le début.

Le film est efficace, joue bien la carte du suspense dans sa toute première moitié et monte en puissance dans la deuxième moitié. On ne comprendra les raisons de ce qui se passe qu’à la toute fin du film (cliché encore une fois du genre) mais on se prend très facilement au jeu pour peu qu’on ne cherche pas à visionner LE film du siècle. On arrive à se faire quelques frayeurs sans forcer et, malgré quelques événements un peu téléphonés, le film demeure bon dans sa globalité. Après, et comme toujours, les choix des personnages sont toujours incompréhensibles : pourquoi vous vous enfoncez dans des bâtiments souterrains quand vous vous savez pourchassés par des trucs bizarres ? Au-delà de ça, je vous mets au défi de trouver ce qu’il se passera pour chaque personnage avant que les événements aient lieux… Un film qui remplit son rôle sans non plus se transcender.

Dernier film que je vous propose : Martyrs. Celui-ci, c’est vraiment par pur hasard que je l’ai découvert. Lors d’une soirée entre amis, on cherchait un film à se regarder (et on aime bien se faire peur), et c’est ce dernier que l’on a retenu. La bande-annonce ne révèle vraiment que très peu de choses comparé à ce que l’on peut voir dans l’intégralité du film. Au début, on s’attendait vraiment au film gore par excellence qui ne cherche rien, mis à part le trash et l’écœurement à la limite du supportable. Finalement, pour moi, c’est tout sauf ça.

Le film pourrait se diviser en 3 ou 4 parties à vu de nez, chacune présentant plusieurs aspects des protagonistes. En tout les cas, on commence par suivre une fille nommée Lucie qui a survécu (en s’échappant) à une séquestration violente et sans limites. 15 ans plus tard, persuadée d’avoir retrouvée les bourreaux, elle les exécutent sans pitié dans leur demeure. Pendant sa jeunesse, elle s’est liée d’amitié à Anna, cette dernière comprenant que trop bien que tout ne tourne pas rond dans la tête de son amie. Les deux jeunes filles vont avancer dans l’horreur dès l’instant qu’elles entreront dans cette maison.

Pour moi, ce film est vraiment spécial. Il est réellement complexe de l’expliquer ou de donner un avis sans pour autant vous livrer les clés de ce dernier. Il pousse, malgré les apparences, à une certaine réflexion qui peut être liée à la religion (voir titre du film). Cependant, les outils utilisés pour avancer cette réflexion pourront en mettre mal à l’aise plus d’un. Une sorte d’organisation de fêlés cherchent à «martyriser» des jeunes filles jusqu’à ce qu’elles atteignent le stade de la transfiguration. Alors il ne s’agit pas tout à fait de la transfiguration comme on peut en parler dans le christianisme mais plutôt d’un état dans lequel, après avoir subi de lourds traumatismes physiques et psychologiques, on déconnecte totalement de son corps pour voir «ce qu’il y après» sans être mort pour autant. Ces tarés veulent des réponses à leurs interrogations et c’est le moyen qu’ils ont trouvé (mais qu’ils n’ont jamais réussi à obtenir…).

Je ne vous mens pas non plus, le film est atrocement cru et pourtant, on ne baigne pas dans l’inutile. Le visuel sert vraiment l’aspect dramatique de l’histoire pour nous amener vraiment dans nos derniers retranchements. On nous imposera de la souffrance physique mais surtout de la souffrance mentale, voyant le personnage de Lucie sombrer de plus en plus dans la folie alors qu’une morte la pourchasse depuis son plus jeune âge.

C’est vraiment un film que je recommande pour deux raisons. D’abord, c’est un film français et on ne peut pas dire qu’il y a en des millions dans le domaine de l’horreur. De deux, il est vraiment bien ficelé et si la première moitié peut sembler hardcore, la seconde sera totalement différente. Certaines scènes peuvent choquer, je ne le nie pas, mais c’est supportable (enfin je pense). Un excellent film mais qui ne plaira surement pas à tout le monde !

Si certains d’entre vous ont déjà des avis sur ces œuvres, qu’ils n’hésitent pas à partager leur ressenti, histoire que l’on débatte un peu ou bien que l’on s’échange quelques idées de films du même genre ! A vous les studios !

3 réflexions sur “Visionnages # Grave Encounters, Chroniques de Tchernobyl, Martyrs

  1. J’espère que ces films sont mieux que cette daube d’Insidious ou t’as flippé comme une fiote !!!!!!! xD

  2. Ping: Visionnages # Mama – Jack Reacher – Side Effects | New Protocol

Lâche toi ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s