Cinéma # Le Jeu de la Mort, la véritable histoire # 2

Après m’être épanché sur une petite introduction autour du personnage de Bruce Lee, et après avoir restitué les tenants et aboutissants qui caractérisent sa carrière, il est grand temps de s’attaquer au coeur même du problème : le contenu du film. Alors je ne vais pas vous faire l’affront d’un grand 1 et d’un grand 2 de manière scolaire, mais, je vais essayer de relier les deux versions (celle de 1972 originale et celle de 1978 retravaillée) et des possibles influences qu’ont pu avoir les évènements du décès de Bruce Lee sur le résultat final.

Il y a toutefois une chose à ne pas perdre de vue au moment de la sortie du film en 1978, la mort de Bruce Lee, et les circonstances qui enveloppent cette dernière, soulèvent une forte interrogation et demeurent assez troubles. A ce jour, personne ne peut confirmer une version plutôt qu’une autre, et les derniers instants de vie du Petit Dragon restent toujours un mystère. Il existe cependant une version officielle sur les circonstances de sa mort. Il serait mort (au conditionnel bien entendu) des suites d’un oedème cérébral succédant à la prise d’un analgésique (Lee souffrait de fortes migraines). En gros et pour faire court, il est mort tout seul comme un grand en ayant pris un médicament tout seul (ou presque mais je ne veux pas détailler toutes les thèses autour de sa mort) comme un grand. Point.

De ce fait, et à mes yeux, l’orientation du film de 1978 se veut un tant soit peu orientée sur une des thèses de sa mort. Dans les années 70, il n’était pas rare que la mafia chinoise (ou plus globalement la Triade) tente de s’accaparer des valeurs montantes, que ce soit des chanteurs, acteurs ou autres personnalités susceptibles de rapporter des dividendes peu négligeables. Et, il est souvent rapporté que cette dernière avait des vues sur Lee qui, n’étant aucunement intéressé par ce genre de liaisons, avait sincèrement peur pour sa vie quant aux menaces dont il faisait l’objet. Le dénouement serait alors l’exécution de ce dernier pour lui faire payer ses refus systématiques. Encore une fois, il n’y a pas véritablement de preuves sur le sujet mais il est évident que le film avance, sans se cacher, cette hypothèse.

Voila en gros l’histoire qu’a choisi de nous offrir Robert Clouse. Je ne m’explique vraiment pas ce choix scénaristique maintenant que je connais le véritable contenu des 45mn du Jeu de la Mort de 1972 mais, je suppose que Clouse voulait, à sa manière, exposer d’une certaine façon les moments de trouble qu’à pu subir Lee, à l’inverse que, dans le film, il vient à bout de cette mafia en laissant planer le doute sur sa mort.

Toujours est-il que l’on se trouve bien loin de l’histoire originelle. Le point commun que l’on pourrait trouver à ces deux projets serait que, dans les deux films, il est effectivement question de mafia. Pour celui de 1978, il s’agit d’un syndicat de Hong-Kong, pour l’original, il est question de la mafia coréenne. Bref, le projet initial voulait que Bruce Lee, accompagné de plusieurs combattants (4 au total et tous experts en arts-martiaux), s’attaquent à une pagode de 5 étages qui renfermerait un trésor au dernier étage. A chaque étage, un gardien, expert dans un art particuliers, bloquerait l’accès à l’étage suivant, obligeant alors de le vaincre pour pouvoir progresser. Je pense que tout le monde voit le principe, c’est pas plus compliqué qu’un jeu-vidéo avec son système de levels et de boss. Sur ce scénario, la vidéo de 45mn englobe les étages 3, 4 et 5. Il n’y a jamais eu de tournage pour les deux premiers niveaux.

Ce qui est évident, c’est que le film de 1978 a tout simplement coupé au montage tous les passages où l’on voyait Lee aux côtés des acolytes qui le suivaient pour gravir les étages. Soit dit en passant, dans la version française du film (de 1978 toujours), l’étage 4 n’avait pas été gardé, c’est seulement plus tard dans des rééditions du film que cette partie a été réintégrée. Voila pour la toute petite histoire.

Maintenant, que projetait Lee pour ce film ? Son but ultime était de faire une démonstration complète de son art : le Jeet Kune Do (littéralement « La Voie du Poing qui Intercepte »). A chaque étage, il devait affronter un maître d’un art-martial et prouver que son style pouvait vaincre n’importe quel style. Tout cela devant amener à l’affrontement final contre Kareem Abdul-Jabbar (alors élève de Bruce Lee au moment du tournage) qui pratiquait le Jeet Kune Do également et représentait le dernier gardien de la pagode.

Maintenant, je vais vous montrer la différence de niveaux entre les deux films à l’aide de petites images, ça sera plus simple. On va commencer avec la version de 1978 :

Dan Inosanto

Dan Inosanto
Etage 1

Ji Han Jae - étage 2

Ji Han Jae
Etage 2

Kareem - étage 3

Kareem Abdul-Jabar
Etage 3

Il n’y a donc que 4 niveaux dans la version de 1978 et le dernier étage a été ajouté à la version originale. Malheureusement, Hugh O’Brian n’est pas un artiste martial et il fait plus figure de méchant que de réel combattant ici. Le combat auquel on aura droit relèvera tout bonnement de l’anecdote tellement le montage est absolument honteux et que la qualité de l’affrontement est digne d’un match exhibition… Maintenant, je vous propose le découpage prévu par Bruce Lee en 1972 :

Wang In SikEtage 1

Wang In Sik
Etage 1

Taky KimuraEtage 2

Taky Kimura
Etage 2

Dan Inosanto

Dan Inosanto
Etage 3

Ji Han Jae - étage 2

Ji Han Jae
Etage 4

Kareem - étage 3

Kareem A-J
Etage 5

Ce qui frappe ici, c’est que chaque gardien est bel et bien un pratiquant d’un art-martial. C’est d’ailleurs la qualité sinéquanone retenue par Bruce Lee. Bien entendu, la présence de ces combattants n’est pas due au hasard du casting, ils ont été personnellement choisis par Lee pour participer au réalisme et à la légitimité du tournage. Pour aller un peu plus loin :

  • Wang In Sik : Pour ceux qui ont l’oeil, il apparait dans le film La Fureur du Dragon, et représente les arts-martiaux japonais. Ce dernier est cependant bel et bien coréen et pratique l’Hapkido (contraction de Taekwondo et Aïkido) et son maître n’est autre que l’inventeur de l’hapkido : Ji Han Jae (Etage 4 ici). Ce qui a intéressé Bruce Lee pour la participation de Wang In Sik, c’est que ce dernier, persuadé de la supériorité de son style, frappait réellement les cascadeurs dans les films auxquels il avait participé. Bruce Lee, étant également convaincu de la puissance de son art, décida d’intégrer Wang au projet La Fueur du Dragon et projetait son intervention dans Le Jeu de la Mort. Il devait tenir le rôle de l’expert du coup de pied (ce qui nous renvoie au Taekwondo bien entendu).
  • Taky Kimura : Il est l’un des rares reconnus par Bruce Lee comme étant apte à enseigner le Jeet Kune Do. Cependant, il devait, quant à lui, représenter le Kung-Fu et le Wing Chun en guise de second gardien. Ami du Petit Dragon, sa carrière cinématographique se sera cantonnée à participer à des documentaires sur la vie de Bruce Lee.
  • Dan Inosanto : Il fait également partie des personnes aptes à enseigner le Jun Fan et aura eu comme étudiant des personnalités comme Brandon Lee (fils de Bruce Lee bien sûr), Forest Whitaker ou encore Denzel Washington (rien que ça… et la liste est longue). Il vit actuellement à Los Angeles et enseigne dans sa propre école les concepts inventés par Bruce Lee. Il est destiné à représenter, dans le film, l’escrime Philippine, la maîtrise du nunchaku ainsi que le Karaté Kempo.
  • Ji Han Jae : Fondateur et maître de l’Hapkido, Bruce Lee décida de l’intégrer au scénario étant donné qu’il était de passage non loin du tournage. Il représente son propre art dans le film.
  • Kareem Abdul-Jabar : On le connait essentiellement pour ses prouesses en NBA mais, avant cela, il prenait des cours avec Bruce Lee et était rapidement devenu proche de ce dernier. De passage à Hong-Kong, Lee lui propose de tourner dans son projet et lui attribue le rôle de l’ultime gardien de la pagode. La taille de Kareem (2m20) a joué un rôle indéniable dans ce choix mais, le fait qu’il pratiquait le Jeet Kune Do également.

Malheureusement, le projet n’ayant jamais abouti, on n’aura jamais l’occasion de voir le rendu des deux premiers étages. Cependant, il est indéniable que ces combattants avaient un profond respect pour Bruce Lee pour accepter d’apparaître à l’écran et de tout simplement perdre face à lui. C’est ce qui caractérise également l’affrontement entre Chuck Norris et Bruce Lee dans La Fureur du Dragon (Chuck Norris étant tout de même un pratiquant de Karaté de très haut niveau à l’époque). Je vous propose maintenant le fameux tournage car je sais que vous n’en pouvez plus d’attendre !

L’article commençant inexorablement à s’allonger, je ferai un troisième article dans lequel j’irai un peu plus loin dans la compréhension de certains symboles du film de 1972. Dans l’élan, j’en profiterai pour faire un rapide tour d’horizon de ce que nous a légué ce dernier en décortiquant les influences au cinéma et dans le jeu-vidéo. Rendez-vous très bientôt pour la suite ! WATAAAAAA !

6 réflexions sur “Cinéma # Le Jeu de la Mort, la véritable histoire # 2

  1. Ping: Nawak # Mercredi c’est… # 1 | New Protocol

  2. Ping: Vie du Blog # Petite pause d’une semaine | New Protocol

  3. Malheureusement, je n’en ai aucune idée. L’idée n’a jamais été menée à son terme et j’ai bien peur que tout cela restera un mystère (concernant le trésor de la pagode).
    Il faudra demander à Bruce Lee lui-même si on le croise un de ces jours 🙂

Lâche toi ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s